Jean-Sébastien d'Aboville - Photographe


Ombre de la police

C'est ainsi que l'on parlait de la Photographie à sa naissance dans les années 1830.
A l'époque, chaque image était obtenue par l'exposition à la lumière d'une plaque de verre ou de métal poli recouverte de cristaux d'halogénure d'argent, substance chimique qui a la particularité de noircir à la lumière. La Photographie se retrouvait ainsi sur le verre, le papier et plus tard sur la pellicule. Les plus anciennes ont traversé le temps durant près de cent soixante-dix ans et nous permettent aujourd'hui de nous plonger dans le présent de passants anonymes, d'ouvriers  trimant au fond des mines si bien décrites par Emile Zola, de parcourir les rues du XIXème ou des Années Folles.
Grâce à ces images, nous pouvons également mieux comprendre les grands moments de notre Histoire, du Palais des Tuileries incendié lors de la Commune aux premiers pas sur la Lune.


Aujourd'hui, la photo est entrée de plain pied dans notre monde numérique et n'a souvent plus d'existence matérielle.
Elle est devenue un quelconque flot de bits informatiques circulant instantanément à travers toute la Planète.

L'argentique c'est une part de magie, celle de l'image qui apparait sur le papier plongé dans le révèlateur et une part de mystère, tant que le film n'est pas développé les images restent latentes, à  la merci du moindre rayon de lumière qui peut les détruire à tout jamais.


 Le numérique est à l'image de notre monde, l'ère de l'instantané.
Instantané, car l'image peut être vue immédiatement et ce dans le monde entier,
alors que l'événement est encore à la fois  présent et passé. Instantanéité qui va parfois jusqu'à faire trembler les dictatures les plus fermées. Mais ces photos peuvent être détruites en un instant par un virus ou devenir inaccessibles car on ne sait plus lire leur support.

La photo n'est qu' un outil permettant de créer une oeuvre d'art, de faire connaître son univers, de faire savoir ce qu'il se passe dans sa famille, ville ou pays et de se souvenir de notre présent devenu passé.
Passé figé lors du déclenchement de l'obturateur.


Pourquoi ?

Je répondrai en deux mots : "Figer l'instant"

Comment ?

Je pratique aussi bien la photo numérique qu'argentique mais avec une préférence pour cette dernière. J'utilise pour cela du matériel Nikon et un Canon A1.

Hébergé par Overblog